Site Web du Dr Marc GIRARD
Accueil du site > Documents en français > Lectures pour tous > Médicalisation > Propagande et contre-propagande

Propagande et contre-propagande

Articles de cette rubrique


Troubles du comportement liés aux perturbateurs endocriniens, bénéfices des nouveaux anticancéreux… (Revue de presse)

dimanche 15 octobre 2017 par Marc Girard

Dans la Culture du narcissisme, n’importe quelle promesse de survie ou de moindre morbidité suffit à déclencher l’enthousiasme des foules : ce serait une tâche herculéenne de rectifier la désinformation alimentée par les médias dès qu’il s’agit d’offres médico-pharmaceutiques [2]. Cela n’empêche pas de s’appliquer à de telles rectifications au moins de temps en temps, surtout à l’heure actuelle où tout se passe comme si les responsables politiques et sanitaires s’attachaient à détourner l’attention des vraies menaces que, cette fois, ils font peser sur la santé des citoyens – par exemple, celles liées aux nouvelles obligations vaccinales auxquelles vont forcément s’ajouter bien d’autres obligations (vaccinales et non-vaccinales : dépistages incongrus tels que la mammographie ou les PSA, taux de cholestérol, échographies et autres tests obstétricaux...) avec leur immanquable cortège d’effets iatrogéniques parfois sévères, voire tragiquement invalidants. Je ne parle pas des herbicides ou pesticides (dans l’ordre des risques sanitaires parfaitement évitables moyennant un minimum d’intégrité politique…).

Sans aucune prétention à l’exhaustivité, les rectifications de ce jour concerneront deux thématiques dont on nous a abreuvé ces jours derniers : i) les perturbateurs endocriniens « affecteraient le comportement des petits garçons » (Le Figaro, 02/10/17) – et pas des filles, curieusement ; ii) « La majorité des nouveaux médicaments contre le cancer n’apporte que des bénéfices mineurs par rapport à ce qui est déjà prescrit » (Le Figaro, 06/10/17).

Table des matières

  1. Perturbateurs endocriniens et troubles du comportement
    • Les titres de la presse
    • Analyse de l’article princeps
  2. Bénéfices des nouveaux anticancéreux
  3. Conclusion


Propagande vaccinale : retour sur le H1N1 comme si vous y étiez encore (Vaccins)

samedi 30 septembre 2017 par Marc Girard

Une interview radiophonique sur l’escroquerie H1N1, qui me paraît toujours d’actualité malgré son ancienneté (printemps 2010).



Surconsommation pharmaceutique des sujets âgés, aluminium dans les vaccins, méningite mortelle (Revue de presse)

vendredi 22 septembre 2017 par Marc Girard

Dans la Culture du narcissisme, n’importe quelle promesse de survie ou de moindre morbidité suffit à déclencher l’enthousiasme des foules : ce serait une tâche herculéenne de rectifier la désinformation alimentée par les médias dès qu’il s’agit d’offres médico-pharmaceutiques [4]. Cela n’empêche pas de s’appliquer à de telles rectifications au moins de temps en temps, surtout à l’heure actuelle où tout se passe comme si les responsables politiques et sanitaires s’attachaient à détourner l’attention des vraies menaces que, cette fois, ils font peser sur la santé des citoyens – par exemple, celles liées aux nouvelles obligations vaccinales auxquelles vont forcément s’ajouter bien d’autres obligations (vaccinales et non-vaccinales : dépistages incongrus tels que la mammographie ou les PSA, taux de cholestérol, échographies et autres tests obstétricaux...) avec leur immanquable cortège d’effets iatrogéniques parfois sévères, voire tragiquement invalidants. Je ne parle pas des herbicides ou pesticides (dans l’ordre des risques sanitaires parfaitement évitables moyennant un minimum d’intégrité politique…).

Le commentaire du jour porte sur les dernières nouvelles colportées par la presse en cette fin septembre 2017 : 1) les sujets âgés consommeraient trop de médicaments, 2) une étude "particulièrement innovante" bien cachée dans un "rapport qui dérange" confirmerait la toxicité de l’aluminium utilisé dans les vaccins, 3) il y aurait toujours des irresponsables pour mettre leur vie en péril par défaut de vaccination...



Élargissement des obligations vaccinales : mystérieuse épidémie chez les lanceurs d’alerte (Vaccins)

jeudi 24 août 2017 par Marc Girard

RÉSUMÉ- On s’interroge sur la modération des réactions qui ont accueilli le récent projet gouvernemental d’élargir - et considérablement - les obligations vaccinales en vigueur dans notre pays, malgré les risques d’un tel élargissement et la perspective qu’il ne cesse ensuite de se voir accentué par d’autres obligations encore moins justifiables d’un point de vue médico-scientifique ou économique. On s’interroge d’autant plus qu’aucun des « lanceurs d’alerte » médiatiquement patentés n’avait éprouvé le besoin de la moindre mise en garde relativement à un coup de force pourtant aussi prévisible.

Un rapide inventaire des contributions mises en ligne sur le présent site permet de recenser, depuis janvier 2010, pas moins de 45 articles évoquant comme très préoccupante la menace d’un tel élargissement des obligations vaccinales, et désignant répétitivement la mystification Médiator comme micro-scandale destiné à détourner l’attention des citoyens en attendant que l’administration sanitaire ne passe à l’acte sur ce projet dont les bénéficiaires ne sont ni les bébés, ni les enfants, ni les contribuables de notre pays.

On termine en examinant les principaux facteurs pouvant expliquer l’aveuglement du public par rapport à la stratégie pourtant grossière qui ouvre désormais aux prédateurs du complexe médico-pharmaceutique un boulevard pour réaliser leurs rêves les plus fous.

Table des matières

  1. Introduction : étrange épidémie de mutité chez les lanceurs d’alerte
  2. Un élargissement largement prévisible et parfaitement annoncé
    • Exposé du problème
    • Méthode
    • Résultats
    • Discussion
  3. Pour une déontologie d’expertise
  4. Pourquoi un tel aveuglement ?
    • Un échec personnel
    • Précipitation
    • Narcissisme et dépolitisation
    • La peur « d’aller trop loin »
    • Révolte interdite
  5. Conclusion


Appel à l’entraide (Vaccins)

mercredi 26 juillet 2017 par Marc Girard
Naturellement affligé d’une timidité quasi maladive (les psychiatres américains parleraient de « phobie sociale » et me mettraient sous Prozac ou équivalent), je n’ai jamais répondu qu’à reculons aux sollicitations médiatiques quand elles sont venues : « Je ne sais pas parler  ! » (Exode 6,12  ; 7,1-2)… (...)


Les déconneurs du journal Le Monde au service de la propagande vaccinale (Vaccins)

dimanche 23 juillet 2017 par Marc Girard

RÉSUMÉ – L’indigence des contributions signées par « les Décodeurs » du journal Le Monde me paraissait tellement évidente que je n’avais pas spontanément éprouvé le besoin d’en parler ; néanmoins, il m’a été fait demande de les réfuter. Exécution…



Élargissement des obligations vaccinales : quels inconvénients, en fait ? (Vaccins)

dimanche 16 juillet 2017 par Marc Girard

RÉSUMÉ - Abstraction faite des anti-vaccinalistes qu’il est décidément difficile de prendre au sérieux, l’essentiel des critiques visant l’actuelle volonté gouvernementale d’élargir les obligations vaccinales consiste à déplorer la chute de « la couverture vaccinale » qui risque de se produire par effet de répulsion : c’est, en d’autres termes, faire le jeu d’une propagande qui pose comme évident que la multiplication des vaccinations à laquelle on a assisté au cours de ces dernières décennies serait bénéfique à la santé publique. En s’abstrayant de cet implicite triomphaliste (dont on attend toujours la moindre démonstration), le présent article s’interroge donc sur les inconvénients additionnels d’une obligation dans le contexte d’une promotion vaccinale déjà préjudiciable à la santé publique, qu’on n’a cessé de dénoncer comme mode opératoire préférentiel de la criminalité médico-pharmaceutique actuelle. Après avoir caractérisé ces inconvénients additionnels comme idéologiques, légaux, psychologiques, iatrogènes, économiques, politiques enfin, on conclut que le projet d’élargissement des obligations est clairement une provocation-test dont la portée dépasse très largement la question des vaccins et qui, à ce titre, devrait appeler une forte mobilisation citoyenne.

Table des matières

  1. Introduction : un argumentaire actuellement introuvable
  2. Inconvénients idéologiques : une propagande grimée en contestation
  3. Inconvénients légaux : extension du domaine de l’arbitraire
  4. Inconvénients psychologiques : la soumission au lieu de la résistance
  5. Inconvénients iatrogènes : la santé publique en danger
    • Un concept génial en théorie, mais archaïque en pratique
    • Le bénéfice adaptatif des infections
    • La mosaïque de l’auto-immunité
  6. Inconvénients économiques : les pauvres rançonnés par les riches
  7. Inconvénients politiques : la force publique asservie
    • Des précédents éloquents
    • Une implacable obstination prédatrice
    • Des perspectives toujours plus alarmantes
    • L’hommage public des vassaux à leurs maîtres
    • La portée politique du débat
  8. Conclusion : répondre à la provocation


Alain Fischer : science ou propagande, il faut choisir (Vaccins)

mercredi 21 juin 2017 par Marc Girard

RÉSUMÉ - Une Tribune intitulée « Vaccins : science ou rumeurs, il faut choisir », cosignée par Alain Fischer (président de la "Concertation citoyenne sur les vaccinations"), est parue dans Le Monde (01/06/17), journal dont l’indépendance à l’endroit des forces de l’argent n’est plus à démontrer. Malgré la canicule qui conduit les experts à déconseiller l’usage des épices par grosse chaleur, ladite tribune vaut son pesant de moutarde.



Rapport Fischer (nov. 2016) sur les obligations vaccinales : la propagande comme cas d’école (Vaccins)

dimanche 18 juin 2017 par Marc Girard

Un visionnage aussi bref que partiel de la vidéo supposée présenter les conclusions de la commission Fischer a confirmé, au-delà de toute attente, mon analyse de cette commission comme simple opération de propagande – d’ailleurs fort piètre. D’où un post-scriptum du 17/06/17, suivi, le lendemain même, d’un autre PS.

RÉSUMÉ – À l’instigation bienvenue d’un fidèle lecteur, on s’attache ci-après à analyser la rhétorique par laquelle le rapport Fischer (nov. 2016) aboutit à la conclusion prévisible et prévue qu’il convient d’élargir les obligations vaccinales. En suivant le rapport ligne à ligne tout en se concentrant sur l’essentiel, on constate que les auteurs sont tellement pressés de présenter comme « conclusions » les présupposés indigents qui ont présidé à la mission Hurel et à ses suites non moins prévues, qu’ils se dispensent de discuter avec un minimum de sérieux les bénéfices de « LA » vaccination, ses effets indésirables (forcément exceptionnels), la notion de « couverture vaccinale » satisfaisante, l’intérêt additionnel des obligations… En parallèle, ils ne s’attardent pas non plus sur tous les précédents de nature à justifier la méfiance croissante à l’endroit des recommandations vaccinales officielles : épidémie de scléroses en plaques, escroquerie "pandémique", corruption des experts (voire des responsables politiques), information mensongère jusqu’au ridicule… On s’interroge, pour conclure, sur les ressorts d’une propagande aussi inepte que répétitive, et sur la pauvreté intellectuelle de la résistance à la criminalité médico-pharmaceutique dont les vaccinations sont l’un des modes opératoires les plus payants.

Table des matières

  1. Introduction
    • Ce qu’il faut savoir sur les vaccinations
  2. La couverture vaccinale en France
  3. Recommandations pour améliorer la confiance dans les vaccins
  4. Références (du rapport)
  5. Au total et pour résumer
  6. Conclusions


La recomposition peut attendre : avec Agnès Buzyn, la décomposition, « c’est maintenant » (Propagande et contre-propagande)

vendredi 16 juin 2017 par Marc Girard

La presse du 16/06/17 rapporte la précipitation aussi grotesque dans la forme que monstrueuse dans le fond avec laquelle, sans la moindre vergogne, Agnès Buzyn s’applique à concrétiser les épaisses manigances de Touraine concernant les obligations vaccinales. D’où un post-scriptum.

RÉSUMÉ – On commence par analyser le discours médiatique béat qui tend à faire accroire qu’en désignant Agnès Buzyn comme ministre de la santé, le jeune Macron – protégé des increvables débris du vieux système – aurait fait le choix d’un gros calibre. On s’applique, notamment, à montrer la vacuité des propos que la nouvelle ministre a publiquement tenus sur les conflits d’intérêts, sur le dépistage mammographique et sur les vaccins. On conclut que l’élargissement des obligations vaccinales, régulièrement évoqué sur ce site depuis 5 ans, est en bonne voie, dans la logique d’une criminalité médico-pharmaceutique qui, après le piteux scandale de la pandémie porcine, a repris du poil de la bête grâce à la mystification Médiator.

Table des matières

  1. Une vraie scientifique qui fait honneur au genre
  2. Un pilier de la transparence chère à Macron (et à son premier ministre)
  3. Des publications comme indicateur d’excellence scientifique
  4. La science en actes
    • Mammographie de dépistage
    • Vaccinations
  5. Conclusion


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 427488

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Documents en français  Suivre la vie du site Lectures pour tous  Suivre la vie du site Médicalisation  Suivre la vie du site Propagande et contre-propagande   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License

27 visiteurs en ce moment